Lire : Terray et Rodier, « Immigration : fantasmes et réalités »

Version imprimable de cet article Version imprimable


En cette période où nous entendons tout et son contraire sur l’immigration, sur les risques qu’elle fait courir, où la chasse aux sans-papiers est devenue la norme et où l’Union européenne trouve malin de se réunir à Vichy pour parler d’une politique commune en la matière, ce livre casse les clichés et démontre qu’ouvrir les frontières c’est possible et nécessaire. Le contrôle migratoire, la politique du robinet ouvert ou fermé en fonction des besoins patronaux, les informations aux relents xénophobes qui circulent, font partie d’une politique plus globale, d’un véritable projet de société néolibéral influencé par les politiques les plus réactionnaires, mais aussi par les gouvernements dits « de gauche ». Mais surtout, et c’est son intérêt principal, le livre propose des alternatives à la fermeture des frontières et à l’idée d’une Europe-forteresse, qui ne sert que les intérêts des capitalistes et des puissants.

Claire Rodier, juriste au sein du Groupe d’information et de soutien des travailleurs immigrés (Gisti), et Emmanuel Terray (directeur d’études à l’EHESS) qui coordonnent l’ouvrage arrivent naturellement à une conclusion, qui vient rejoindre celle qu’Alternative libertaire défend depuis des années : l’ouverture des frontières n’est pas une politique humanitaire, mais une véritable politique égalitaire, qui doit être impulsée par les mouvements sociaux. Même si elle n’est pas simple, qu’elle doit être expliquée contre la propagande des dominants, cette ouverture et la régularisation massive de toutes et tous les sans-papiers est la seule solution possible au drame vécu par des centaines de milliers de migrantes et de migrants. Un bouquin à lire pour clouer le bec à toutes celles et ceux qui prétendent que l’immigration doit être « contrôlée ».

Valentin Frémonti (AL Toulouse)

• Emmanuel Terray, Claire Rodier, Immigration : fantasmes et réalités. Pour une alternative à la fermeture des frontières, La Découverte, 2008, 154 pages, 10 euros

 
☰ Accès rapide
Retour en haut