Alternative libertaire d’octobre 2015

Edito : Une liberté à marchander

Version imprimable de cet article Version imprimable


Lorsque la guerre tue plus d’un quart de million de personnes en Syrie, en chasse plus de 4 millions, que les tyrannies concurrentes asservissent les populations, massacrent à tour de bras et réduisent en esclavage des milliers de femmes, l’Union européenne, prix Nobel de la paix 2012, se lance dans… de savants calculs d’épiciers !

Une vingtaine de pays de l’UE se répartissent 120.000 réfugiés sur deux ans.

Ils et elles sont pourtant déjà près de 500.000 à avoir atteint l’Europe depuis le début de l’année. Les dirigeants européens semblent avoir quelques difficultés avec les chiffres. Mais qu’importe, l’essentiel reste la satisfaction d’avoir accompli son devoir moral et d’être resté fidèle aux idéaux européens que le monde nous envie.

Et puis, cette bonne action justifiera que l’on ne puisse plus accueillir les suivants et les suivantes, désignés habituellement sous l’appellation d’origine socialiste « toute la misère du monde ». De toute façon, cette politique consiste à n’accueillir que les bonnes et les bons migrants (réfugiés, si possibles chrétiens) et pas les mauvais, appelés « clandestins ». Car mourir de faim est plus tolérable que mourir par balle !

A ce cynisme européen, s’ajoute l’opportunisme de tous les vautours qui se jettent sur l’occasion pour vendre leurs « solutions » au problème de « l’invasion ». Il est vital de développer les réseaux de solidarité directe. Il est urgent de faire entendre à nouveau ce cri de « liberté de circulation ».

Alternative libertaire, le 30 septembre 2015

Manifestation de soutien aux migrant.e.s
CC Gustave Deghilage
 
☰ Accès rapide
Retour en haut