Lire : Béatrice Hibou, « La Bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale »

Version imprimable de cet article Version imprimable


La Bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale de Béatrice Hibou est un ouvrage réellement rafraîchissant dans l’approche analytique qu’il propose du néolibéralisme.

Hibou s’appuie à la fois sur les travaux de Weber, Foucault et Socialisme ou Barbarie (particulièrement ceux de Claude Lefort) pour s’intéresser aux mutations en cours depuis trente ans du capitalisme. Il en ressort la mise en exergue de l’un des aspects méconnu ou sous-estimé du néolibéralisme : la buraucratisation qui se produit dans son sillage.

La thèse de l’auteur postule que l’un des aspects premiers de ce phénomène est l’explosion des normes et des organes de contrôle de ces normes dans le capitalisme moderne.

Le premier chapitre met en scène cet état de fait de manière assez géniale en suivant une infirmière durant une journée et les méandres de paperasserie, que ce soit dans l’exercice de la profession mais aussi en dehors.

De manière générale, Hibou démontre de manière assez brillante comment le néolibéralisme dans un discours critique de la bureaucratie est en réalité l’un des courants qui encourage le plus ce type de domination.

On peut la suivre jusqu’à un certain point car, par exemple, son analyse a tendance à occulter les rapports de classe. Néanmoins il s’agit de l’une des approches les plus novatrices qu’il m’ait été donné de lire depuis celles faites par Loïc Wacquant et j’encourage chaudement tous ceux et celles qui s’intéressent au mouvement neolibéral à nourrir leur analyse avec la lecture de ce livre.

Sin Vincente (AL Bruxelles)

Béatrice Hibou, La Bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale, La Découverte, 2012, 144 pages, 17 euros.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut