Forum social libertaire : une réussite qui fera date

Version imprimable de cet article Version imprimable


Du 11 au 16 novembre se’est tenu, à Saint-Ouen, Paris et Ivry-sur-Seine, le Forum social libertaire et le Salon du livre anarchiste, qui ont accueilli plusieurs milliers de personnes. Une indéniable réussite, qui a permis une expression révolutionnaire libertaire, en parallèle au Forum social européen.

La tenue du FSL s’inscrivait, pour le mouvement libertaire, dans la continuité de la mobilisation contre le sommet du G8 à Evian en juin dernier. Pendant cinq jours, plusieurs milliers de personnes au total se sont retrouvées à Paris, Ivry et surtout Saint-Ouen, autour de débats, de projections de films, d’expositions, de concerts et d’un foisonnant Salon du livre anarchiste.

Parmi les visiteur(se)s, beaucoup de participant(e)s au Forum social européen, renseignés aux stands tenus au FSE par le mensuel Alternative libertaire, ou les librairies libertaires Publico et Quilombo. C’était le meilleur moyen de diversifier un public majoritairement déjà acquis - il faudra d’ailleurs nous interroger collectivement sur le moyen de s’adresser mieux au « grand public ». C’est possible, comme l’avait démontré le Forum libertaire de l’Est parisien en juin 2002.

Bien sûr, des faiblesses dans l’organisation, il y en a eu ; il ne s’agit pas uniquement de s’autocongratuler autour du succès de l’événement. Des débats de qualité inégale, des retards, des incompréhensions, des sujets qui n’ont pu être abordés… Autant de choses à améliorer pour l’avenir… et justement, quel avenir ?

Le FSL et le mouvement social

Au sein du FSL, tout le monde - sans que cela recoupe forcément des clivages d’organisations - ne concevait pas de la même façon le rapport du FSL au FSE. Certain(e)s voulaient en faire un contre-FSE - ce qui nous semblait être une énorme erreur d’appréciation sur la nature du FSE. Le FSE, même critiquable sur certains aspects, ne pouvait être traité comme on traite le G8 ! Le consensus s’est fait autour de l’idée que le FSL était « parallèle » au FSE, sans davantage de précisions. Cette ambiguïté sur la nature du FSL est cependant assez révélatrice des sensibilités différentes qui traversent le mouvement révolutionnaire libertaire, et qui pourraient se résumer, schématiquement, à une hésitation entre splendide isolement et volonté de s’immerger dans les mouvements sociaux larges, avec toutes leurs contradictions.

Le FSL et le mouvement libertaire

Autrefois ces différences donnaient simplement lieu à des anathèmes entre organisations libertaires. Avec Évian et le FSL, on découvre que, si nous avons des priorités et des sensibilités différentes, elles ne sont pas nécessairement antagoniques. AL, FA, No Pasaran, OLS, CNT, OCL, CGA, nous pouvons construire, peu à peu, une confiance réciproque et travailler sur des projets communs, créant du même coup des conditions inédites pour permettre un débat politique sain entre organisations. À l’heure où nous rédigeons ces lignes, le bilan collectif du FSL n’a pas encore été fait, mais gageons qu’il confirmera ce « cours nouveau » entre organisations libertaires.

Guillaume (AL Paris-Sud), Christine (AL 93), Charline (AL Paris-Est)


UNE MANIFESTATION TENDUE

Le samedi 15 novembre, le FSL a manifesté depuis la place des Fêtes (Paris XIXe) puis s’est joint à la manifestation-parade du FSE place de la République. Le cortège unitaire FSL était suivi par celui, distinct, de la CNT, rassemblant au total environ 3 000 personnes. La présence du Parti socialiste juste devant le cortège du FSL à l’arrivée place de la République constitue une provocation et nous pensons que ce parti n’est pas légitime dans les mobilisations sociales. Les organisations partie prenante du FSL s’étaient fixées comme ligne directrice d’éviter tout contact avec le cortège du PS et de se protéger contre la violence éventuelle de son service d’ordre musclé et agressif. Si nous ne pleurerons pas sur la dislocation du cortège du PS avant la fin de la manif, nous apportons quelques précisions sur le déroulement des événements.

Un groupe de personnes a commencé à lancer divers projectiles sur le PS depuis le cortège rouge et noir… jusqu’à ce qu’ils en soient expulsés, notamment par le SO de la CNT.

Nous ne pouvons que suggérer aux personnes qui souhaitent mener ce genre d’actions de s’organiser en conséquence. Une action politique, violente ou non, doit être assumée politiquement, c’est-à-dire pas en instrumentalisant un cortège de manifestant(e)s qui n’a pas choisi le même mode d’action


SOUTIEN

Le Forum social libertaire a nécessité un important investissement financier (plusieurs dizaines de milliers d’euros), et les comptes sont négatifs. Pour soutenir l’initiative, n’hésitez pas à nous envoyer vos dons (chèques à l’ordre de Publico-FSL/SLA) à Publico, 145, rue Amelot, 75011 Paris).

 
☰ Accès rapide
Retour en haut