Israël-Languedoc : Sète sera-t-elle un poste avancé de Tsahal ?

Version imprimable de cet article Version imprimable


Avec l’implantation d’Agrexco, Sète deviendrait, en 2011, la plaque tournante des exportations agricoles israéliennes vers l’Europe. Aux anticolonialistes qui protestent, le conducator régional Georges Frêche répond par ses outrances habituelles.

Décidément, Georges Frêche, ancien maire de Montpellier et aujourd’hui président de la région Languedoc-Roussillon, n’usurpe pas sa déplorable réputation ! Autocrate de la pire espèce, tenant régulièrement des propos à connotation raciste et se vantant d’avoir toujours été « élu par des cons » [1], le voici désormais VRP en fruits et légumes pour les colons israéliens. Bavant à l’idée que la société Agrexco s’implante dans sa région, il a été capable d’affirmer que Montpellier était un « poste avancé de Tsahal » [2] ou que « Jérusalem est une et indivisible et la capitale éternelle de l’État d’Israël » [3], ce que même les États-Unis n’ont jamais osé dire !

Crée en 1957, Agrexco, l’office national des exportations de produits frais israélien, est aujourd’hui un des plus grands groupes d’exportations agricoles dans le monde. Détenue à 50 % par l’État hébreu Agrexco exporte 70 % des produits des colonies israéliennes, notamment de la vallée du Jourdain. Dans cette vallé, 95 % des terres et 98 % de l’eau sont accaparés par Israël, condamnant les populations palestiniennes à la misère et à l’exil. La région Languedoc-Roussillon envisage d’investir 200 millions d’euros sur dix ans dans l’implantation d’Agrexco à Sète avec, à la clé, la création de 200 emplois.

Hésitations syndicales

Si cette opération participe directement au drame palestinien, elle sera également destructrice de l’agriculture locale. La Confédération paysanne du Gard estimait le 22 juin que « les importations massives de fleurs, de fruits et légumes largement subventionnés en Israël vont contribuer à accélérer la disparition de centaines d’exploitations de maraîchers et arboriculteurs pour cause de concurrence déloyale. […] Nous refusons la complicité politico-économique qui entérinerait la politique coloniale d’un État et participerait à la destruction de milliers d’emplois agricoles en Languedoc Roussillon. »

Localement, le PCF et les Verts ont exprimé leur opposition au projet. Quant aux syndicats, la perspective de créations d’emplois ne les a pas fait hésiter longtemps. La CFDT, majoritaire sur le port de Sète, et FO se sont prononcées pour. Un responsable local de FO a même déclaré que « si le respect des droits de l’homme devait être le seul critère retenu dans les échanges internationaux, la Chine, la Corée, la plupart des pays africains et bien d’autres seraient exclus ». Dont acte. La CGT, au 1er juillet, hésitait encore mais souhaitait rencontrer le collectif local d’opposition et demandait un rendez vous à la Région pour avoir des explications sur l’utilisation des fonds publics. L’union syndicale Solidaires de l’Hérault participe à la mobilisation contre le projet.

Un millier dans la rue

La Coalition contre Agrexco, qui regroupe aujourd’hui plus de 80 associations et organisations (dont AL) tenait le 4 juin une conférence de presse à Montpellier et organisait une première action de protestation le 25 juin. Quarante marcheurs partis la veille de Nîmes ont rejoint une marche montpelliéraine pour une manifestation qui a rassemblé au total un millier de personnes devant l’Hôtel de Région. Pour une manifestation montée en trois semaines, c’est plus qu’encourageant. Un calendrier de mobilisation est à présent en place et une journée d’action contre Agrexco aura lieu à Montpellier le 10 octobre. La mobilisation s’inscrit d’ores et déjà dans le cadre plus large de la campagne Boycott-Désinvestissement-Sanctions (BDS) contre le colonialisme israélien à laquelle AL s’est également associée.

Commentaire du roitelet du Frêcheland sur cette mobilisation : « Ils manifestent pour Ben Laden ! » Georges Frêche Akhbar !

Olivier (AL Montpellier)

[2En 2006. Ididem.

[3Le 24 juin 2009, à l’occasion du jumelage Montpellier-Tibériade.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut