La Poste : Privatisation, hors de question !

Version imprimable de cet article Version imprimable


Ce mois-ci commence la bataille de la Poste. Plusieurs pistes sont évoquées pour faire participer la population en plus d’une mobilisation des postiers et postières.

Le gouvernement a définitivement lancé la privatisation de la Poste lors du conseil des ministres du 26 juillet. Ce dernier souhaite aller très vite puisque c’est sous le couvert de l’urgence qu’il passera devant le Parlement en commençant par le Sénat. Peut-être pour désamorcer quelques bombes avec ces parlementaires, élus en partie par les voix des maires qui voient la désertification postale s’accentuer.

Le dernier communiqué commun des syndicats de la Poste remonte à fin juillet. La CFDT avait refusé de le signer pour ne pas réclamer le retrait du projet de loi et donc le refus du changement de statut. Le dernier communiqué a été une première, puisque la CGT a accepté de le signer sans avoir la signature de la CFDT.

Si les intersyndicales sont toujours tendues, il se dégage néanmoins à chaque fois un semblant de dynamique qui permet au personnel de se mobiliser ainsi que le montre ces journées d’actions, notamment celles de septembre.

Cependant, il faudra sûrement plus d’une grève de 24 heures pour combattre le projet et le faire tomber. Pour l’instant, seul Sud-PTT a esquissé la perspective d’une grève plus longue et essaie de poser les jalons d’une bagarre dure, passage obligé devant la détermination de la direction de La Poste et du gouvernement. Sur le terrain, on sent l’apathie du personnel encouragée par l’inertie de certains syndicats.

Mobiliser les personnels et les usagers

Du côté des usagers, il faut espérer une mobilisation d’ampleur. Le comité national pour un référendum s’est prononcé pour l’organisation d’une votation citoyenne le 3 octobre (devant les mairies, bureaux, marchés...). Les partis socialiste et communiste en ont fait un véritable enjeu, notamment dans le cadre de l’affrontement avec le gouvernement et mobilisent déjà toutes et tous leurs élus locaux. Pour Alternative libertaire, ce mode de consultation ne peut être la solution devant les attaques du gouvernement et ne servira que de justification pour certaines organisations composant ce comité. Pour impliquer les usagers, Convergence avait proposé des marches dans toute la France, comme Sud-PTT, option que la CGT a tenté d’écarter et qui pour l’instant n’a pas trouvé suite.

La bataille pour la Poste commence ce mois-ci et nous devons nous en emparer le plus rapidement possible. Depuis le début de l’été des comités se relancent dans toute la France. Il nous faut nous y investir et proposer des modalités d’action pouvant aller plus loin que la simple votation citoyenne. AL doit être présente dans toutes les mobilisations qui seront décidées par les postiers et postières et par les usagers. Un nouveau service public est attaqué et faire reculer le gouvernement, c’est aussi mettre un coup d’arrêt aux prochaines tentatives des politiciens pour effectuer d’autres privatisations.

Germinal de Sousa (AL Orléans)

 
☰ Accès rapide
Retour en haut