Commission antiraciste d’AL : Occuper davantage le terrain

Version imprimable de cet article Version imprimable


Alternative libertaire se dote d’une commission pour approfondir la réflexion et l’engagement d’AL sur la question de l’antiracisme et impulser des luttes émancipatrices.

Les problématiques racistes en France ne manquent pas et trouvent pour beaucoup leur origine dans l’héritage postcolonial français. On peut citer par exemple : les discriminations, le racisme policier, la chasse aux sans-papiers, les lois sur l’entrée et le séjour des étrangers votées depuis trente-cinq ans, une histoire coloniale toujours pas digérée (8 mai 1945 : massacres de Sétif et Guelma, 17 Octobre 1961, etc.), une volonté politique de ghettoïser les immigré-e-s et leurs enfants dans les cités ou encore la précarisation massive des enfants et petits-enfants d’ascendance migratoire et coloniale, originaires du Maghreb, d’Afrique de l’ouest, d’Asie et des territoires « d’outre-mer ».

C’est plus généralement un discours politique et médiatique stigmatisant envers les étrangers forcément responsables du chômage et de l’insécurité, des musulmans forcément extrémistes, machistes, des tsiganes forcément voleurs, etc. C’est-à-dire toutes les catégories d’individus censés porter atteinte à une fantasmatique « identité nationale » ! Et cela se ressent dans les lois dernièrement votées : loi sur les effets positifs de la colonisation, état d’urgence appliqué lors des révoltes de 2005, en passant par la perpétuation de la double peine et les camps de Roms incendiés dans l’indifférence générale... Des problématiques d’ordre raciste se posent également au niveau international : clivages raciaux aux États-Unis, politique « forteresse » de l’Union européenne, situation des peuples palestinien, kabyle, tchétchène, tibétain et ouïgour, etc.

Le racisme ne disparaîtra pas avec le capitalisme

Dans ce contexte, nous pensons qu’il est important d’impulser de nouvelles luttes antiracistes afin de permettre l’auto-organisation et l’émancipation des populations « racisées » de France. Nous pensons important également de pousser la réflexion au sein de notre organisation et plus généralement du courant politique libertaire et lutte de classe. En effet, celui-ci considère trop souvent que le combat antiraciste est secondaire par rapport au combat anticapitaliste, comme si le racisme pouvait mécaniquement disparaître avec ce dernier. C’est trop vite oublier que les fractions les plus appauvries du prolétariat mondial sont des minorités opprimées ou stigmatisées, minorités régionales, culturelles, religieuses, immigrées, pour certaines encore colonisées, ségréguées, voire déportées.

La domination capitaliste et les oppressions d’ordre raciste se nourrissent mutuellement tout en conservant leurs spécificités propres. Voilà pourquoi nous appelons les militants et militantes libertaires à s’engager davantage sur ce terrain. Nous appelons toutes celles et ceux qui veulent agir sur ces questions à nous rejoindre et souhaitons travailler avec les organisations antiracistes et de l’immigration pour passer un cap dans la lutte.

Nico P. (AL 77), Franz B. (AL 93), K. (AL Paris Nord-Est), CAI (AL Bourges), Noël (AL 95 BNO).

 
☰ Accès rapide
Retour en haut