Lire : Berger, « Weather Underground : Histoire explosive du plus célèbre groupe radical américain »

Version imprimable de cet article Version imprimable


Au cours des 586 pages de ce livre richement documenté, cette « histoire explosive du plus célèbre groupe radical américain » nous plonge dans le parcours mouvementé du Weather Underground (WU). Le WU est un collectif de la gauche radicale, issu d’une scission du Students for a Democratic Society (SDS), qui a commis de nombreux attentats sur le sol états-unien entre 1969 et 1975 contre des symboles de l’impérialisme américain.

Dan Berger, universitaire et militant politique de Philadelphie, mêle dans cet impressionnant ouvrage histoire du groupe, bilan – souvent critique mais lucide – de ses anciens membres ou de ses sympathisants et analyse personnelle.

L’auteur commence par nous rappeler le contexte : guerre du Vietnam, violence subies par les populations de couleur, ingérence des États-Unis en Amérique du Sud, radicalisation des mouvements contestataires à l’échelle de la planète…

Fortement influencés par les mouvements tiers-mondistes, les « Weathermen » décidèrent de passer à la « propagande armée » à la fin des années 60. Leur but principal était de soulager le poids de la répression féroce qui s’abattait alors sur les mouvements de libération nationale, tant à l’extérieur (Front de libération du Sud-Vietnam) qu’à l’intérieur du pays (Black Panthers Party, Young Lords, etc.). Le WU développa en effet une analyse subtile liant suprématie blanche et impérialisme. À leurs yeux, les « minorités » constituaient des « colonies intérieures ».

Toutefois, tout en reconnaissant les réussites de l’organisation l’auteur essaie de rester objectif en pointant ses erreurs. Par exemple, les membres du WU semblaient faire peu de cas des luttes féministes. Et au niveau du fonctionnement, le « centralisme démocratique » calqué sur les partis léninistes laissait peu de place à la démocratie interne. Mais c’est surtout la faiblesse – et non son absence comme on le lui a souvent reproché – d’une articulation entre analyse classiste et lecture de l’impérialisme et du racisme de la société américaine, qui faisait défaut à l’organisation.

Ce livre n’en constituera pas moins une œuvre indispensable pour l’étude du Weather Underground et une leçon essentielle pour tous les militants révolutionnaires sur les erreurs à ne pas commettre, notamment en terme d’imbrication des différents systèmes d’oppression.

JR (AL Montpellier)

  • Dan Berger, Weather Underground : Histoire explosive du plus célèbre groupe radical américain, Editions L’échappée, 2010, 586 p, 24 euros
 
☰ Accès rapide
Retour en haut