Collectif étudiant sans papiers de Paris VIII : Régularisation sinon rien !

Version imprimable de cet article Version imprimable


Face à un gouvernement socialiste qui bat des records d’expulsions de sans-papiers et aux logiques d’aide au cas par cas de certaines organisations étudiantes telles que l’Unef, le collectif des étudiant-e-s étranger-ère-s de Paris 8 (CEEP8) est à l’initiative d’une lutte pour la régularisation de tous les étudiants sans papiers de l’Université.

L’année dernière des étudiantes et étudiants ont appelé à la création d’un collectif autonome des étudiantes et étudiants étrangers. L’idée était de créer un collectif de lutte pour que ces étudiants obtiennent plus de droits. Puis c’est la question de l’obtention d’un titre de séjour pour toutes et tous qui s’est imposée dans le collectif. L’idée d’un dépôt collectif de dossiers a émergé en octobre 2012. Le collectif s’est bien rendu compte que l’on n’obtiendrait jamais la régularisation de toutes et tous les étudiants sans papiers sans une lutte collective. L’idée de ce dépôt collectif est de déposer dès le mois de mars-avril, des dossiers à la préfecture de Paris et de Seine-Saint-Denis, tout en créant un rapport de force, à travers des mobilisations, pour imposer leur régularisation.

Rapport de force

Le CEEP8, à travers son nombre important – une centaine de personnes – et son activité, a déjà commencé à créer un rapport de force au sein de l’université. Déjà en obtenant de la part de la présidence de la fac son soutien au dépôt collectif mais aussi en obtenant le soutien d’un grand nombres d’étudiantes et d’étudiants. Lors de la dernière visite de François Hollande à Saint-Denis, le 11 février dernier, le collectif a tenté de déployer une banderole « Régularisation des sans-papiers ». La police n’a pas laissé le temps au collectif de déployer sa banderole, elle est intervenue tout de suite dans l’université et a séquestré pendant deux heures des membres du collectif dans le restaurant universitaire. De nombreux étudiants se sont solidarisés avec le collectif en exigeant le départ de la police, une agitation qui a provoqué l’encerclement de l’université par les CRS. Cette opération policière ayant provoqué un grand émoi, une assemblée générale convoquée le jour même a voté un texte de soutien au CEEP8. Le 19 février dernier, le collectif a organisé une journée de mobilisation sur l’université, en invitant différents collectifs de sans-papiers. Il y a été décidé de mener des actions collectives avec la coordination des sans-papiers du 93 et du 75 et avec le 9e collectif. La première de ces initiatives étant un rassemblement devant la préfecture de Bobigny (93) mardi 26 février. La régularisation collective ne se fera qu’à travers une lutte massive et il est important d’être nombreux à ces rassemblements !

Mylène (AL Saint-Denis).

Contact : collectifetudiantesetrangeres@gmail.com

 
☰ Accès rapide
Retour en haut