La Cravirola : Une ferme autogérée dans le Minervois

Version imprimable de cet article Version imprimable


Cet été comme chaque année, AL tient ses rencontres d’été à la « République populaire du Roucous », dans l’Aveyron. Mais il existe ailleurs d’autres lieux d’accueil militants tout aussi sympathiques, comme la Cravirola, dans l’Hérault.

Écolos pragmatiques, paysans bâtisseurs, utopistes incorrigibles, préoccupés d’agriculture mais aussi de culture, ils et elles sont une dizaine à faire vivre depuis mars 2007 la coopérative Cravirola dans un lieu-dit baptisé le Maquis, près de Minerve (Hérault).

Le Maquis, ce sont 270 hectares de garrigue, sur un causse à l’orée de la Montagne noire. À la base, le Maquis est une ferme, qui produit essentiellement de la viande et des fromages bio, et qui propose des formes d’accueil originales où les hôtes sont impliqués dans la gestion et l’animation du site. C’est ainsi que la coopérative ouvre au Maquis, chaque été, un « camping participatif » et y présente le week-end des spectacles.

L’équipe a déjà une longue expérience dans cette activité. Avant la Cravirola, elle avait fait vivre pendant une quinzaine d’années, dans les Alpes-Maritimes, un projet du même type mais plus petit, initié par deux jeunes néo-ruraux volontaristes, issus du milieu alternatif berlinois des années 1980.

Une propriété originale

Pour répondre à ses exigences autogestionnaires et alternatives, la Cravirola a choisi une forme de propriété collective et éthique du foncier, en constituant une société par actions simplifiée, la SAS Terres communes. La SAS regroupe en plus du Maquis deux autres fermes collectives dans les Alpes-Maritimes et en Ardèche. L’équipe de la Cravirola estime que ce choix « garantit une utilisation des terres respectueuse de valeurs écologiques et sociales. À l’heure où 40 000 fermes disparaissent en France chaque année, c’est un outil concret pour défendre l’agriculture paysanne. »

Un lieu d’accueil militant

Le Maquis porte bien son nom. Se voulant un lieu de résistance et de solidarité, il met ses bâtiments, ses bois et sa garrigue à la disposition de militantes et de militants, d’artistes, ou des deux à la fois.

Dotée d’une capacité d’hébergement de 40 personnes l’hiver (beaucoup plus l’été), d’une salle de resto de 60 couverts qui peut se transformer en grande salle de réunion, d’un chapiteau de 200 places l’été, le Maquis peut accueillir rencontres, séminaires, universités de printemps, rassemblements festifs... À cela il faut ajouter une « aire de fête » (snack fermier, espace de réunion extérieur, chapiteau, terrains de jeux)… et de l’espace en veux-tu en voilà.

« Nous adorerions que le Maquis devienne un centre de ralliement de militants plus ou moins déclarés, affiche la Cravirola dans sa présentation, un lieu où viennent se ressourcer, prendre des forces, de l’enthousiasme et de l’élan tous ceux qui ont envie que les choses bougent, qu’ils viennent y faire pétiller leurs cervelles tout en se régalant les yeux, les oreilles et les papilles... »

• Toutes les infos utiles sur le site www.cravirola.com

 
☰ Accès rapide
Retour en haut