Lire : Sylvain Pattieu, « Avant de disparaître »

Version imprimable de cet article Version imprimable


Quoique écrit par un maître de conférences en histoire à l’université de Paris VIII Saint-Denis, Avant de disparaître n’est pas un ouvrage universitaire sur la lutte des ouvriers de PSA à Aulnay.

Au contraire, la quasi-totalité du livre donne la parole aux travailleurs et aux travailleuses de l’usine, largement confisquée par des commentateurs de tout poil, ministres, capitalistes mais aussi militants d’extrême gauche, soucieux d’imprimer aux luttes prolétaires le sceau de leur idéologie. Rien de tel ici. Les ouvriers et ouvrières racontent le travail, les souvenirs de leurs longues années à l’usine, leur désarroi à l’idée de la quitter, leur satisfaction devant la construction d’un mouvement collectif et la solidarité montrée dans et au-delà de l’usine face à une énième application de la loi des patrons, sous forme de fermeture de leur usine.

Le livre s’articule en deux parties : la première et la plus longue est consacrée à la description des conditions de travail, des relations hiérarchiques, des rapports aux syndicats et des multiples tensions qui peuvent naître dans ce microcosme de Seine-Saint-Denis. Syndicaliste expérimentée, ouvrier à la chaîne d’origine maghrébine et victime de racisme, ou cariste plein de zèle qui s’avèrera voter Front national, l’usine est là, dans toute sa diversité.

La deuxième partie est un récit presque au jour le jour de la grève, de janvier à mai 2013. Sylvain Pattieu n’intervient pas en théoricien mais en observateur du réel, pour raconter des épisodes de la grève. Au fil des histoires narrées par des acteurs et actrices de la grève, l’analyse surgit du concret : une analyse de classe, où l’ennemi est clairement identifié, le patron et pas l’intérimaire ou le collègue étranger. Le livre bat en brèche l’idée d’une classe ouvrière devenue beauf et raciste, et émet, malgré l’évident pessimisme de son titre, un optimisme, une foi dans la lutte collective, toujours quelque part positive en soi, malgré la défaite.

Vincent (AL Paris-Sud)

Sylvain Pattieu, Avant de disparaître, Plein jour, 2013, 342 pages, 19,50 euros.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut