Plein feux

En débat : Autour de la stratégie « Zéro Covid »

Version imprimable de cet article Version imprimable


Les stratégies de gestion de la pandémie sont très politiques, et là aussi il y a des alternatives : l’appel « Zéro Covid » de la gauche allemande en est une.

Lancé en janvier suite à un article publié dans la revue médicale britannique The Lancet, l’appel « Zéro Covid » est une initiative portée par différents groupes politiques de la gauche allemande. Il propose une stratégie d’éradication du virus, reposant sur un reconfinement à l’échelle européenne afin de casser les chaînes de contagion de façon globale, permettant d’arriver à un niveau épidémique où chaque cas pourrait être suivi et tracé individuellement, comme dans les pays ayant le mieux géré la crise.

Faire santé commune

Cette stratégie contraste avec la léthargie mortifère du gouvernement et développe une vision globale en proposant notamment la mise en place d’initiatives de solidarité fortes en direction de toutes les personnes qui en ont besoin, le renforcement des systèmes de santé européens et l’abrogation de leurs privatisations. L’appel propose de financer ces mesures en mettant en place une « contribution européenne de solidarité-Covid » prélevée sur les grandes fortunes, les hauts revenus, les profits des grandes entreprises et les transactions financières.

L’appel se termine par cette déclaration : « La démocratie sans protection sanitaire n’est qu’une absurdité cynique. La protection sanitaire sans démocratie mène à l’État autoritaire. C’est en unifiant les deux que nous parviendrons à une stratégie solidaire ZéroCovid. » Une déclaration qui a une résonance particulière en France où l’État a choisi une stratégie parvenant à n’être ni démocratique ni protectrice, alors que nous stagnons depuis plusieurs mois à près de 400 morts quotidiens malgré de fortes restrictions des libertés publiques.

Si cette stratégie Zéro Covid a le mérite de présenter une alternative politique concrète cohérente et efficace et celui de proposer un point de vue dépassant les cadres nationaux, elle pourrait aller plus loin sur un certain nombre de mesures. En effet, si la nécessité de la solidarité sociale et du financement du système de santé est plus apparente en temps de crise sanitaire, ces mesures ne devraient pas être limitées à cette crise, mais étendues au-delà.

L’appel évoque un «  financement solidaire des soins  »  : nous pensons qu’il faut viser la gratuité totale de l’accès aux soins, sans limite de nationalité ou de revenus. Cette mesure permettrait d’une part d’éviter le non-recours aux soins d’une partie de la population, avec le risque de développer par la suite des pathologies plus graves, mais aussi de prévenir le développement de futures pandémies.

Le problème de l’éducation à distance

Par ailleurs, l’appel évoque le recours aux cours en ligne pour les enfants pendant la période de confinement, en détaillant trop peu les mesures matérielles qui seraient nécessaires pour que leur mise en place ne se fasse pas au détriment des classes populaires : mise à disposition de matériel et d’une connexion internet de qualité aux enfants, étudiantes, enseignantes… ainsi que d’un temps de vacances permettant d’adapter les cours à ce nouveau format. Au delà des mesures matérielles, cette mesure temporaire doit s’accompagner de revendications concernant les conditions d’éducation, sur la base des constats des ­syndicats (formation de plus petites classes, recrutement massif d’enseignantes, revalorisation de leurs salaires…).

Pour finir, il faut dire qu’une proposition de reconfinement ne peut se faire sans une critique radicale de l’État et de ses outils d’autorité, à commencer par la police. Il est indispensable de débarrasser ces mesures de leurs mises en place autoritaires et infantilisantes : l’usage des attestations, la limitation du périmètre ou de la durée de sortie n’ont aucun effet prouvé sur le respect du confinement, mais renforcent les pratiques policières racistes (contrôles abusifs, violences…), tout en accentuant les effets des inégalités de logement.

N. Bartosek (UCL Haute-Savoie)

 
☰ Accès rapide
Retour en haut