Lire : Mogniss H. Abdallah « Rengainez, on arrive ! »

Version imprimable de cet article Version imprimable


Mogniss H. Abdallah retrace dans son dernier ouvrage, paru aux éditions Libertalia, la construction et l’évolution des mouvements populaires contre les crimes racistes et le développement de l’idéologie sécuritaire dans les cités. Ce livre, très documenté et enrichi de photographies, ne s’attarde pas sur la sombre énumération des victimes de la police, du fascisme et des « beaufs », tous animés d’une même logique. Il développe une réflexion sur la dimension structurelle de ces violences, et analyse l’émergence d’une nouvelle haine (le racisme « anti-jeunes ») qui viendra complexifier les rapports de domination raciste à l’œuvre dans les quartiers. Cette domination sera renforcée par la justice qui, en instaurant une quasi-impunité pour les assassins des jeunes habitantes et habitants des quartiers, renforce le sentiment d’une « justice à deux vitesses », qui incitera les jeunes à « dépasser les pleurs et passer à l’action ».

Mais, surtout, l’intérêt de l’ouvrage réside dans le récit et l’analyse détaillés de l’auto-organisation des mouvements de solidarité autour d’un double objectif : la reconnaissance et la réparation par l’état des crimes commis, et plus largement la justice sociale dans les quartiers. Les mouvements qui se créent sont conscients de l’imbrication des questions sociales, et agissent sur la relégation spatiale, les problématiques de logement et les questions scolaires autant que sur le harcèlement policier. Outre la marche des beurs, ce sont les nombreuses initiatives locales et leur convergence progressive vers un mouvement national qui sont relatées. Des premiers concerts RAP (Rock Against Police) à la création de l’Association nationale des victimes de crimes racistes et sécuritaires, puis à la naissance du Mouvement de l’immigration et des banlieues, l’auteur nous éclaire sur les difficultés de la construction d’un mouvement : distance des associations, isolement face aux partis politiques et syndicats souvent hostiles, difficulté à toucher un public large... et surtout tension entre tentation de réformer l’institution et positionnements plus radicaux, dans la rue ou devant les tribunaux. Alors que les crimes racistes continuent en toute impunité, les combats racontés ici font écho à nos luttes actuelles, et nous donnent matière à réflexion en nous rappelant autant leurs enjeux que leurs limites.

Clem (commission antiraciste)

• Mogniss H. Abdallah, Rengainez, on arrive !, Libertalia, 2012, 140 pages, 12 euros.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut