Webdito

Palestine : Darmanin interdit Barbès ? La manif est partout

Version imprimable de cet article Version imprimable


Comme en 2014, quand le gouvernement PS avait voulu bâillonner la colère contre les bombardements sur Gaza, l’interdiction de Darmanin a été impuissante à contenir la protestation populaire.

Le boulevard Barbès, à Paris 18e, noyé sous les gaz lacrymogènes, une pluie de grenades, des milliers de robocops, des hordes de voltigeurs à moto… Macron et son ministère de l’Intérieur pensaient faire taire le soutien à la Palestine martyrisée. Raté ! Si la population n’avait pas les moyens de s’opposer frontalement à un tel dispositif, elle pouvait le contourner, l’esquiver, et manifester sa solidarité partout où c’était possible, au nez et à la barbe de la flicaille.

Et c’est ce qui s’est passé. Aux alentours du point de fixation qu’était le boulevard Barbès, sous une pluie intermittente, des groupes de dizaines de manifestants ont spontanément arpenté les rues en criant des slogans : « Palestine vivra, Palestine vaincra », « Enfants de Gaza, enfants de Palestine, c’est l’humanité qu’on assassine », « Palestine occupée, pas de justice pas de paix », « Free Palestine », « Israël assassin, Macron complice », « Nous sommes tous des Palestiniens ! »

C’est ce qu’ont fait les militantes et militants communistes libertaires, avec une centaine de personnes, avant de tenter une échappée pour atteindre le Sacré-Cœur… hélas bloqué par les flics, qui ont eu la présence d’esprit d’empêcher qu’on réédite le coup de 2014.

Cela n’a pas empêché le groupe de poursuivre la manif sur les pentes de Montmartre, au pas de charge et à pleins poumons avec une ambiance du tonnerre et une belle solidarité populaire : Beaucoup de jeunes avec des drapeaux palestiniens, des commerçants qui avaient refusé de baisser le rideau de fer, des gens qui nous applaudissaient aux fenêtres, des voitures qui klaxonnaient, des passantes et des passants qui venaient à notre rencontre pour nous indiquer où se trouvaient les barrages de police…

Un autre groupe UCL était présent dans un rassemblement place de la République, et nous avons eu des échos de manifs également du côté de la gare du Nord, de Belleville, de Jaurès, Gambetta, Pigalle et place Clichy.

Une journée forte. Ne restait à l’État que le mensonge et la calomnie médiatique pour discréditer les manifestantes et manifestants, et la cause palestinienne. Nous y reviendrons. À bas le colonialisme, à bas l’apartheid, vive la Palestine libre !

Des militantes et militants UCL de région parisienne, le 15 mai 2021

Face à face avec la police, à Barbès
cc Nadim Kobeissi
Le boulevard noyé sous les gaz lacrymogènes
cc Nadim Kobeissi
Quartier Barbès, Paris 15 mai 2021
cc Nadim Kobeissi
Place de la République, Paris 15 mai 2021
cc Montreuil Solidarité Palestine
 
☰ Accès rapide
Retour en haut