Centre de rétention de Bordeaux : Laissez-le brûlé

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un an après l’incendie du centre de rétention administrative de Bordeaux, où sont d’ordinaire enfermés des migrants sans papiers, plusieurs organisations mobilisent contre sa reconstruction.

Il y a bientôt un an, le 19 janvier 2009, un incendie éclatait dans le centre de rétention administrative (CRA) situé dans les sous-sols du commissariat de Bordeaux-Mériadeck. Plusieurs personnes ont été accusées d’avoir provoqué le sinistre, et ont pour cela été maintenues en détention préventive depuis presque une année à la maison d’arrêt de Gradignan.

Depuis janvier 2009 le CRA, en partie dévasté, est fermé. Pour le reconstruire, le secrétariat général pour l’administration de la police (SGAP) du Sud-Ouest a lancé un appel d’offres à échéance dont l’échéance était fixée au 16 novembre 2009. Le nom de l’entreprise à laquelle le marché aura été attribué sera normalement bientôt connu.

Des relents de Vichy

À l’approche de la date anniversaire de l’incendie du CRA et alors qu’il est question de lancer les travaux de sa reconstruction, le milieu militant de la ville a décidé de se réunir pour manifester son désaccord face à la politique raciste de l’État français, nous rappelant un Vichy pas si lointain, et la pratique cynique des quotas d’expulsions, visant 25 000 reconduites à la frontière pour l’année 2009. Tous les discours ultrasécuritaires qui accompagnent la chasse aux travailleuses et aux travailleurs migrants cachent la vrai politique colonialiste des pays occidentaux, qui pillent les ressources des pays d’origine, et y maintiennent des États corrompus et dictatoriaux, poussant à un exil certain, forçant les migrantes et les migrants à rentrer dans la clandestinité une fois parvenus en France. L’État méprise également les valeurs de solidarité lorsqu’il pousse à la délation et poursuit les personnes qui aident des sans-papiers.

Le collectif anti-CRA de Bordeaux, nouvellement créé, regroupe la CNT-STE 33, la CNT Santé-Social, le Groupe anarchiste bordelais, Sud-Éducation – déjà présents dans le Collectif pour la régularisation de tous les sans papiers (CRSP) –, Alternative libertaire 33 et des individu-e-s solidaires. Le collectif, qui se réunit depuis tous les mardis à l’Athénée libertaire, rue du Muguet, propose plusieurs actions et manifestations sur des revendications communes aux différentes luttes de sans-papiers (ouverture de frontières, pour la liberté de circulation et d’installation, parce que chacune et chacun a le droit de choisir où vivre quelle que soit sa nationalité, avec ou sans papiers).

Cette campagne, qui a commencé par une manifestation le 11 décembre, devrait culminer avec une manifestation bruyante et nocturne le 19 janvier, un an pile après l’incendie du CRA.

Désirée Reclus (AL Bordeaux)

 
☰ Accès rapide
Retour en haut