Revues

Lire : Dissidences, « La Belgique sauvage »

Version imprimable de cet article Version imprimable


Au travers de 9 contributions, toutes rédigées par des Belges, la revue Dissidences dessine les contours d’une extrême gauche wallone insoupçonnée, loin d’une simple annexe de sa voisine hexagonale.

Entre un mouvement stalinien relativement faible et le premier mouvement maoïste d’Europe avec ses innombrables scissions, on découvre le renardisme, un syndicalisme d’action directe très lié au Parti socialiste, ou encore la figure d’Ernest Mandel, l’un des intellectuels révolutionnaires majeurs du XXe siècle, dans un pays où la gauche a souvent rejeté les démarches intellectuelles. La « grève du siècle » de 1960-61, qui avait secoué l’Europe endormie des trente glorieuses, revient régulièrement au fil des pages.

Des articles sur le surréalisme belge, très lié au Parti communiste, sur les luttes des sans-papiers qui ont marqué les 30 dernières années complètent ce volume. Mais d’autres éclairages, sur les anarchistes ou les provos, sont disponibles sur le site de la revue (www.dissidences.net )

Renaud (AL Alsace)

« La Belgique sauvage. Les gauches radicales en Belgique francophone de 1945 à nos jours. » Revue Dissidences n°7, Le Bord de l’eau, Novembre 2009.

Pour plus d’informations :

  • Jean-Guillaume Lanuque, 154 rue Oudinot, 54 000 Nancy.
 
☰ Accès rapide
Retour en haut