Antifascisme

Décryptage #1 : « Réinformation »

Version imprimable de cet article Version imprimable


Tous les deux mois, Alternative libertaire se propose de déchiffrer une expression de la novlangue d’extrême droite. Aujourd’hui la « réinformation ».

De nombreux médias en ligne se parent aujourd’hui du label de « réinformation ». À l’origine de ce concept on retrouve un très ancien militant d’extrême droite, Henri de Lesquen, cofondateur du Club de l’horloge dans les années 70, ancien président de Radio Courtoisie et aujourd’hui président du Parti national-libéral qu’il a fondé en 2017.

C’est en 2007 que le premier Bulletin de réinformation est diffusé sur Radio Courtoisie, c’est Jean-Yves le Gallou qui en est la figure de proue. Ce dernier est comme son comparse un haut fonctionnaire et énarque. Ancien du GRECE, du Club de l’horloge, proche de Devedjian, il adhère au FN en 1985 et en devient l’un des cadres, participe avec Bruno Mégret à la fondation du MNR en 1998. Depuis lors il est l’une des influence des Identitaires.

Le Bulletin de réinformation se présente comme un, sinon le « canal d’information dissident » dont l’objectif est « de contrer la désinformation véhiculée par les médias dits traditionnels ». Dès l’origine il va chercher à s’appuyer sur les nouvelles technologies et notamment les fameux forums du site Jeuxvideos.com.

On trouve aujourd’hui sous le « label » de réinformation toute une galaxie de sites complotistes, confusionnistes ou franchement d’extrême droite qui se présentent le plus souvent comme « alternatifs  ». Divers dans leur contenu ou dans l’affichage de leur idéologie, ils ont tous comme point commun de partir d’une (pseudo) critique forcément a-classiste des dominants et des médias mainstream pour ensuite dérouler une pensée réactionnaire, raciste ou complotiste.

Pour s’informer davantage on peut se reporter à la page Attention médias d’extrême droite sur le site de La Horde et également à la brochure Attention aux médias d’extrême droite !!! de l’Union syndicale Solidaires.

V. Klemperer

 
☰ Accès rapide
Retour en haut