Société des jeux : L’awalé - plants stratégiques

Version imprimable de cet article Version imprimable


Peu de jeux peuvent se vanter d’une popularité à travers de larges territoires. C’est pourtant le cas de l’awalé, le plus répandu des jeux africains « de parcours », une catégorie dont est aussi originaire le Senet (déjà joué par les pharaons et plus ancien jeu de plateau connu dont on connaisse pièces et règles).

L’awalé est un jeu pour deux dont les règes très simples révèlent une grande richesse stratégique. Le matériel est élémentaire : deux rangées de six trous, garnis de graines. De manière symbolique, les joueurs réalisent des « semailles » en déplaçant des graines, à la fois dans leurs champs mais aussi dans celui de l’adversaire. La dernière graine posée produit un nombre de graines dans le trou, et permet de « récolter » - et d’empocher - toutes les graines d’un ou plusieurs trous (la règle en fixe le nombre). A la fin de la partie, le joueur ou la joueuse ayant emporté une majorité de graines l’emporte.

La simplicité du matériel le rend jouable par des populations rurales, avec des trous dans le sol ; le plateau n’étant apparu que dans les zones urbaines. L’aspect social est également très important. Le jeu se pratique souvent dans un espace public. Les joueurs doivent jouer rapidement pour soutenir le rythme (la vitesse de calcul est foudroyante !), et les chants et encouragements du public sont un élément du jeu. Enfin, deux règles font de l’awalé un jeu particulier. On l’a vu, les semailles sont au cœur du processus stratégique. Chaque joueur doit obligatoirement « nourrir » son adversaire à chaque tour de jeu en lui laissant une partie de ses semailles. Cette règle est complétée par celle qui interdit « d’affamer » l’adversaire en le privant de graines. On le constate, le principe d’entraide et de maintien du lien social est au cœur de ce jeu.

Très tactique (plus que stratégique), facile à jouer, l’awalé est le compagnon des pauses des migrants et des esclaves à travers le monde. Il comprend de nombreuses variantes locales, mais il est toujours jouable si l’on connait les quelques règles de bases. Trop rares sont les jeux tactiques qui obligent les joueurs ou joueuses à construire une stratégie basée sur le partage de ses richesses et le soutien de l’adversaire : L’awalé est un de ceux-là.

Nico (AL Paris Nord-Est)

 
☰ Accès rapide
Retour en haut