Demain l’armée française assurera-t-elle la « Pax Israelia » ?

Version imprimable de cet article Version imprimable


Les armes se taisent provisoirement au Proche-Orient. L’État israélien et le Hezbollah crient chacun à la victoire, mais on ne peut que s’indigner devant cet effroyable gâchis. La « paix » qui se dessine est bel et bien une paix inique, une « Pax Israelia », et la France est candidate pour en être la sentinelle, avec l’aval de l’ONU.

On ne nous fera pas avaler que l’Etat israélien, en détruisant le Liban, n’a fait que « se défendre ». Rappelons que l’état de belligérance n’avait en fait jamais cessé depuis le retrait de Tsahal du Liban-Sud en 2000, ce Liban-Sud qui fut un véritable Vietnam pour Israël. Après son retrait, l’Etat sioniste avait conservé ses prisonniers de guerre. C’est pour exiger leur libération que le Hezbollah avait pris en otage deux soldats israéliens début juillet. Cet acte fut le prétexte pour lancer une offensive militaire vraisemblablement prévue depuis de nombreux mois.

Après un mois d’offensive au Liban Sud, l’armée israélienne s’est résolue à cesser les destructions. L’objectif officiel, le désarmement du Hezbollah, n’a nullement été atteint. L’influence de cette organisation réactionnaire se trouve finalement plutôt renforcée. L’objectif officieux, la démonstration de force et l’instauration de la terreur au Liban, a lui été atteint. L’offensive aura tué près de 1000 civil(e)s. Elle a laissé des infrastructures en ruines et des populations en errance à travers tout le pays.

Maintenant qu’Israël a semé le chaos chez son voisin, avec le soutien tacite de la plupart des Etats occidentaux, il daigne accorder la « paix ». Mais quelle paix ? Cette paix est du même type que celle de 2000 : elle est fondée sur l’injustice et, l’offensive n’ayant fait l’objet d’aucune condamnation, elle ne fait que préparer la prochaine guerre.

La France, elle, va probablement se faire la sentinelle de cette « Pax Israelia » inique au Liban, de même qu’elle est déjà la sentinelle de la « Pax Americana » en Afghanistan. L’ instrumentalisation du label ONU dans cette affaire est particulièrement ridicule. Depuis quand Israël s’intéresse-t-il aux résolutions de l’ONU ? Qu’en est-il des résolutions 138 et 242 relatives à l’occupation de la Palestine et au retour des réfugiés ?

Nous espérons que les travailleuses et les travailleurs d’Israël finiront par rejeter la politique belliciste et colonialiste de leurs dirigeants, et tendront la main au peuple palestinien. Nous espérons également que le peuple libanais saura trouver la voie d’une résistance à l’impérialisme israélien, tout en se dégageant de l’ingérence de l’État syrien et de la réaction religieuse incarnés en partie par le Hezbollah. Il est dramatique que cette organisation rétrogade ait été hégémonique dans la résistance libanaise face à l’agression israélienne.

En Israël, en Palestine occupée, au Liban et dans tout le Proche-Orient, la voie vers la paix n’est pas celle des rapports de force militaires, elle ne peut résider que dans la construction d’une alternative laïque, internationaliste et anticolonialiste.

Alternative libertaire,
le 18/08/06.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut