Cinéma : Jeuland, « Le président »

Version imprimable de cet article Version imprimable


Mort depuis à peine un mois et demi, Georges Frêche, connu nationalement pour ses frasques, fait déjà l’objet d’un film. Le Président retrace sa campagne électorale menée lors des dernières régionales, remportées haut-la-main avec plus de 53 % des voix.

Le réalisateur, Yves Jeuland, se concentre sur les derniers mois qui précédèrent les jours de scrutin du 14 et 21 mars. Le candidat sortant est en permanence entouré par son machiavélique directeur de cabinet, son conseiller en communication et un publicitaire. Preuve en est que le marketing a depuis bien longtemps remplacé les idées en politique. On vend un produit, pas un projet. Et le produit en l’occurrence, c’est le mégalomaniaque (et défunt) Georges Frêche, le tonitruant président de la région Languedoc-Roussillon depuis 2004 et maire de Montpellier pendant 40 ans, qui fut l’un des derniers barons locaux d’un Parti socialiste dégénérescent.

On est tout d’abord surpris par la transparence et la franchise avec lesquelles s’expriment les différents protagonistes devant l’objectif de la caméra. Mais on comprend bien vite que ce n’est que l’expression d’un cynisme et d’un mépris sans limite pour les électeurs. Exemple : après avoir ému une salle entière lors d’un meeting en racontant une histoire sur son père dans la misère, Frêche explique le jour de sa victoire que sa famille est en fait extrêmement riche depuis trois générations, « audace » qui provoque l’hilarité de ses consigliere attablés autour de la piscine du « Président » avec un verre de rosé à la main. Pour les spectateurs encore dupes de la supercherie électorale, voici une démonstration éclatante que le mensonge et la manipulation sont les maîtres mots de la politique bourgeoise. Un véritable plaidoyer pour l’abstention et l’extra-parlementarisme !

En tout cas c’est cette proximité et cette absence de retenue (de gêne ?) qu’a réussi à capter Jeuland qui fait de ce documentaire un des films politiques les plus intéressants jamais réalisés. Il met au jour avec exemplarité les dérives inéluctables et inhérentes à un système « démocratique » représentatif et ne peut que conforter dans l’idée que l’autogestion est la seule solution politique viable.

JR (AL Montpellier)

Réalisé par Yves Jeuland. Avec Georges Frêche, Laurent Blondiau, Documentaire, 01h38min. Sortie le 15 décembre 2010

 
☰ Accès rapide
Retour en haut