Témoignage de détenu : Prisons de France, prisonniers du monde

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un détenu témoigne sur les conditions d’incarcération en France, entre les criminels confirmés qui forment les détenus, et les surveillants qui participent aux multiples trafics existant dans l’univers carcéral.

Bon, même si je ne connais pas les prisons dans les autres pays, même si je n’ai jamais fait de prison auparavant, je sais et je vois, de mon lieu d’incarcération, que le système carcéral français ne fonctionne pas. Certains responsables de l’administration pénitentiaire font preuve de sadisme, accompagnant les peines infligées aux détenus de souffrances, d’humiliations, de misère. Les détenus sont obligés de trafiquer pour améliorer leurs conditions de vie. Certains surveillants participent à ces trafics et augmentent ainsi leurs fins de mois, couverts par leurs chefs. Certains font rentrer de la drogue, des téléphones portables et parfois des armes pour les détenus qui ont de quoi payer. Et quand je vois certains surveillants qui se font payer pour rentrer ces objets, je pense que l’on dépasse toutes les limites et je me demande comment on peut lutter contre le crime et la récidive si on fabrique tout ça dans les prisons françaises. Mais il existe aussi beaucoup de surveillants travaillant en prison qui aident les détenus et font leur travail sans l’aide de l’administration pénitentiaire et du ministère de la Justice.

La tentation de la récidive

Je n’arrive toujours pas à comprendre pourquoi, en France, les gens n’ont pas la volonté de changer le système carcéral. Je ne parle pas de la rénovation des bâtiments ou de construire des cellules plus confortables et plus humaines. Je veux dire par là, d’arrêter de traiter les détenus comme de simples numéros (d’écrou ou de dossier), d’arrêter les paroles racistes et les humiliations. De faire un vrai travail social et éducatif, de sorte que les détenus soient moins tentés par la récidive.

Au contraire, aujourd’hui, c’est en prison que l’on fabrique tous genres de criminels car les prisons de France sont des écoles du crime. Le plus gros problème, c’est que des jeunes rentrent en prison pour des petits délits et au contact de bandits plus vieux et plus expérimentés ne pensent plus qu’à devenir comme eux. Quand ils sortent ils passent à des actes beaucoup plus graves, beaucoup se font reprendre et retournent en prison pour longtemps. Il faut mettre beaucoup plus de professeurs et d’éducateurs pour que ces prisons ne restent pas des fabriques de délinquants.

Autre problème  : les volontés hégémoniques des intégristes musulmans, qui sont devenus une composante de l’univers carcéral français. Leur objectif principal est de récupérer des gens qui ont été lâchés par leurs proches et par la société, en leur offrant tout ce dont ils ont besoin pour survivre en détention, et en même temps les transformer en soldats. J’ai moi-même été approché, mais j’ai une famille derrière moi qui, malgré la distance, me soutient. C’est regrettable que beaucoup de détenus incarcérés n’aient pas ce soutien et se sentent lâchés par l’administration pénitentiaire.

Tout ça monte la société contre les détenus et entretient les tensions. La France ne lutte pas contre la récidive des délinquants, le mot restant un joli mot dans la bouche de quelques politiciens qui en ont besoin pour réussir et pour être élus.

Dekapa, détenu

 
☰ Accès rapide
Retour en haut