Aéroport du Grand Ouest : Guérilla rurale à Notre-Dame-des-Landes

Version imprimable de cet article Version imprimable


Dans la campagne nantaise, une guérilla rurale se met en place. D’un coté, Vinci et les hommes de main de l’État, de l’autre, les habitants de la Zad et les opposant-e-s à l’aéroport.

La lutte s’est intensifiée cet été du côté de Notre-Dame-des-Landes car les expulsions visant les squats résistants au projet d’aéroport international se rapprochent à grands pas. Cet aéroport détruirait environ 2 000 hectares de terres agricoles, sans compter la nécessaire urbanisation qui suivra. On peut même imaginer à plus long terme les modifications de la ville de Nantes, qui s’agrandirait sans peine jusqu’à son bel aéroport écologique pourtant distant d’une quinzaine de kilomètres. Ce n’est donc pas uniquement contre un aéroport que les « Zadistes » se battent mais contre tout un monde qui se construira autour de lui.

[*Village autogéré*]

Début juillet, l’Association Citoyenne Intercommunale des Populations concernées par le projet d’Aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Acipa) organise un grand week-end de résistance, qui parvient à rassembler 14 000 personnes. Une fresque humaine portant le message « Vinci dégage ! » est réalisée pour l’occasion.

Le lundi suivant, un village autogéré, à l’initiative d’organisations telles que Reclaim the fields ou Dissent !, est monté sur la Zad pour une durée de trois semaines. Il s’inscrit dans le cadre des actions décentralisées contre le G8-G20. Une enveloppe de 5 000 euros provenant des bénéfices effectués par un camp similaire en Allemagne est utilisée pour aider le camp à démarrer. Cet argent permettra, entre autres, d’acheter des légumes aux producteurs locaux. Deux cuisines vegan itinérantes préparent à manger pour près de deux cents personnes. Des concerts à prix libre sont également organisés. Parmi les actions menées lors de ce camp, on trouvera, entre autres, une opération « péage gratuit » sur une autoroute appartenant à Vinci et une action anti fête nationale le 14 juillet.

[*Matraques contre sifflets*]

Le 27 juillet, une manifestation pacifique est organisée à l’aéroport actuel de Nantes, rassemblant deux cents personnes. L’ambiance est joyeuse, des légumes sont plantés dans le hall, des clowns équipés d’ailes en carton « volent » à l’intérieur du bâtiment. Jusqu’à ce que les forces de l’ordre décident de prendre à part un petit groupe monté à l’étage où se trouvent les bureaux. Peu après, c’est tout l’étage qui est en leur possession et ils mettront près d’une heure pour sortir tous les dangereux manifestants armés de sifflets, d’autocollants, de bombes de peinture et de photos de paysages. Le dispositif policier est à la mesure de l’impact de l’action, en effectif – avec un ratio policiers/manifestants proche de 1 – comme en violence. Bilan : trois manifestants blessés dont une mère de famille qui s’en tire avec un pneumothorax et quatre côtes cassées. Ni les CRS, ni le service de sécurité de l’aéroport ne daigneront lui porter secours ! Elle est laissée sans soin pendant tout le reste de l’opération et devra appeler elle-même les secours. Le lundi 8 août, elle porte plainte contre X au tribunal de Nantes pour « violences volontaires » et « non-assistance à personne en danger ». Ce sera l’occasion de réunir une soixantaine d’opposants en soutien.

Les squats, quant à eux, ont été appelés à comparaître les 11 et 17 août aux tribunaux de Nantes et de St Nazaire, en vue des expulsions. Ils ont tous obtenu un report pour les 6 (St Nazaire) et 15 septembre (Nantes). En effet, la Zad est divisée en deux zones : une partie est située sur la commune de Notre-dame-des-Landes – dépendant du tribunal de St Nazaire –, l’autre sur la commune de Vigneux de Bretagne – dépendant du tribunal de Nantes. C’est pourquoi les squats ne sont pas tous appelés à comparaître au même tribunal. Au-delà de l’aspect juridique de la chose, la lutte à Notre-Dame-des-landes semble bien déranger les gouvernants par son organisation et sa capacité à mobiliser dans la durée.

Alex et MiMi (AL Nantes)


<titre|titre=Prochain rendez-vous>
- 6 septembre, 14h : Tribunal (Saint-Nazaire)
- 10 septembre : Rassemblement à Rennes (place de la Mairie)
- 15 septembre : Tribunal (Nantes) Contacts : www.zad.nadir.org, www.acipa.free.fr et www.lutteaeroportnddl.wordpress.com

 
☰ Accès rapide
Retour en haut