Nécrologie

Catherine Grupper : une révoltée s’éteint

Version imprimable de cet article Version imprimable


C’est une militante historique de Paris 13e, et bien plus largement, qui disparaît avec Catherine Grupper.

Il est impossible d’avoir été en manifestation, depuis trente ans, sur Paris, sans croiser son sourire, sa bonne humeur vibrionnante, toujours un tract à placer, des sous à récolter pour une cause, une discussion à reprendre là où on l’avait laissée.

Enseignante, syndiquée au Snes-FSU dans la tendance Émancipation, elle était une actrice du soutien aux sans-papiers, depuis l’occupation de Saint-Bernard en 1996 jusqu’aux piquets de grève de 2008. Également membre du MRAP, elle était particulièrement active dans les collectifs de soutien aux prisonniers politiques comme Georges Ibrahim Abdallah ou ceux et celles d’Action directe.

Jadis proche de l’autonomie ouvrière elle s’était rapprochée un temps du NPA, lors de sa création en 2009.

Elle avait quelque chose d’une Pasionaria, consacrant sa vie à la défense des plus précaires, des plus vulnérables, d’une manière inconditionnelle, sans jamais compter ni son temps ni son énergie, pour les luttes et la solidarité. Nos pensées vont à son compagnon et à ses camarades, dans ce moment de douleur.

Noël (UCL Banlieue sud-est)

 
☰ Accès rapide
Retour en haut