Cinéma : La Clef Revival, une utopie artistique en milieu capitaliste

Version imprimable de cet article Version imprimable


En avril 2018, le cinéma La Clef baissait le rideau. Loin des logiques commerciales qui prévalent dans le milieu du septième art, ce cinéma associatif créé en 1969, le seul de Paris, proposait une autre vision du monde.

Le comité d’entreprise de la Caisse d’épargne d’Ile-de-France, propriétaire du lieu, était résolu au non renouvellement du contrat qui le liait à l’association gérante du lieu et opposé même à la vente des murs.

Mais pour La Clef, l’heure de la dernière séance n’avait pas encore sonné. L’élan de soutien qui s’était alors exprimé en faveur de ce lieu d’expression libre n’était pas éteint. Un peu plus d’un an plus tard, l’association Home Cinéma soutenue par le collectif de spectateurs Laissez-nous la Clef décident d’occuper les lieux. Depuis ce 21 septembre, La Clef reprend donc vie tous les soirs avec une programmation hétéroclite alternative et militante décidée en assemblée générale mensuelle.

Les spectateurs sont au rendez-vous, preuve s’il en était qu’à côté des machines à décérébrer de l’industrie du divertissement, il existe encore une place pour un cinéma de qualité et exigeant. Si aujourd’hui le lieu occupé tend à devenir un laboratoire d’expériences artistiques fécondes, il est à espérer que le projet culturel ne sacrifie pas au politique et au social, ces trois dimensions étant également essentielles dans la construction des alternatives à l’ordre capitaliste.

David (UCL Grand-Paris Sud)

 
☰ Accès rapide
Retour en haut