Liberté pour Jean-Marc Rouillan

Version imprimable de cet article Version imprimable


A la suite de la diffusion d’une interview accordée au journal L’Express, Jean-Marc Rouillan, ancien membre du groupe armé Action directe, a vu le régime de semi-liberté, dont il « bénéficiait » depuis 10 mois dans l’attente d’une libération conditionnelle, suspendu. Il a été réincarcéré jusqu’au 16 octobre, avant une audience sur le fond. Cette décision à l’encontre d’un homme qui a purgé 20 ans de prison et refuse de renier son passé relève de la vengeance d’Etat. Cet emprisonnement est d’autant plus symptomatique d’un acharnement judiciaire que les propos de Jean-Marc Rouillan sont l’expression d’un point de vue politique. Les activités et les choix passés du groupe Action directe n’ont jamais correspondu à notre orientation et notre stratégie politique.

Alternative libertaire affirme sa solidarité avec Jean-Marc Rouillan face à la répression étatique et demande sa libération.

Alternative libertaire, le 3 octobre 2008.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut