AL de mai est en kiosques !

Grève et droit de retrait ; Industrie pharmaceutique : comment la socialiser ; Crise économique : s’opposer aux licenciements et à la stratégie du choc ; fermez les C.R.A. ; Pour un moratoire sur les loyers impayés ; Des brigades militantes pour la solidarité ; socialisons Luxfer ; Applis, drônes : l’alibi sanitaire d’une surveillance ; le virus et la peste brune ; zones antillaises à défendre ; Masculinisme : quand les femmes « oppressent » les hommes ; mon corps, mon choix sauf en période de corona ? ; les travailleuses en première ligne ; Black Rose Anarchist Federation, ; Pendant la pandémie : construire le pouvoir populaire

Au sommaire :

Édito
- Pour notre santé : grève et droit de retrait

Pleins feux
- Industrie pharmaceutique : comment on peut la socialiser
- Crise économique : s’opposer aux licenciements et à la stratégie du choc
- Hôpital de Montreuil : sur le front, pénurie et système D
- Réfugié·es : fermez les C.R.A., libérez les enfermé·es !
- Mal-logement : pour un moratoire sur les loyers impayés
- Métallurgie : changeons d’air : socialisons Luxfer
- Entraide : des brigades militantes pour la solidarité de classe
- Numéro vert syndical : allô camarade, bobo…

Numérique
- Applis, drônes : l’alibi sanitaire d’une surveillance généralisée

Antifascisme
- Manipulations : le virus et la peste brune

Écologie
- Colonialisme : zones antillaises à défendre
- Pandémie : non, « la nature » ne se venge pas

Antipatriarcat
- Masculinisme : quand les femmes « oppressent » les hommes
- Confinement : mon corps, mon choix sauf en période de corona ?
- Covid-19 : les travailleuses en première ligne

International
- Black Rose Anarchist Federation (États-Unis) : « La conscience et l’action vont crescendo »
- Pendant la pandémie : construire le pouvoir populaire

Histoire
- 1832 : l’épidémie de choléra, « peur bleue » de la bourgeoisie

Culture
- Essai numérique : Un virus très politique (Syllepses)
- Essai : Valérie Rey-Robert, Le sexisme, une affaire d’hommes
- Essai : Alexander Berkman, Qu’est-ce que l’anarchisme

Édito : Pour notre santé, grève et droit de retrait

Dès le début de l’épidémie et du confinement, le droit de grève et le droit de retrait ont été grandement mobilisés pour faire cesser les activités non essentielles à des employeurs préoccupés avant tout par leurs profits, comme chez Amazon ou dans l’industrie automobile. De la même façon, dans la fonction publique territoriale, des préavis de grève ont obligé les autorités à faire respecter le droit à la santé.

 

Crise économique : S’opposer aux licenciements et à la stratégie du choc

Blocage des dividendes des actionnaires, reconquête d’une assurance chômage robuste, réquisition/autogestion des entreprises qui ferment, droit de veto des travailleurs sur les licenciements… Quelles revendications unifiantes, quels mots d’ordre retenir pour une stratégie libertaire d’opposition à l’explosion du chômage et des licenciements ?

 

Hôpital de Montreuil (93) : Sur le front, pénurie et système D

Manque de lit et de soignantes  ? Il faut évidemment un plan d’urgence pour l’hôpital public. Manque de matériel  ? C’est la faute à un système productif éclaté, échappant totalement au contrôle de la population. Désorganisation de l’offre de soin entre public et privé  ? Il faut un système unique, dans le cadre de la socialisation du système de santé. Illustration à l’hôpital intercommunal de Montreuil.

 

Réfugié·es : Fermez les CRA, libérez les enfermé·es !

Absurde et criminelle. S’il y a deux mots pour résumer la situation des étrangères et étrangers enfermé·es en Centre de rétention administrative (CRA), se sont bien ceux-là.

 

Mal-logement : Pour un moratoire sur les loyers impayés

En cette période de confinement, nombreux sont celles et ceux qui sont laissés sans aide face à l’état d’urgence sanitaire.Mal-logés, sans domicile fixe, sans-papiers, locataires précaires se retrouvent sans ressources et démuni·es.

 

Métallurgie : Changeons d’air, socialisons Luxfer !

L’usine Luxfer de Gerzat (Puy-de-Dôme) était, jusqu’à sa fermeture en mai 2019, la seule dans l’Union européenne à produire des bouteilles d’oxygène médical. Malgré la crise sanitaire et le long combat des salariés contre la fermeture du site, l’État refuse toujours de nationaliser l’entreprise. Face aux appétits capitalistes et à l’incurie des pouvoirs publics, la socialisation de ­l’entreprise sous contrôle des travailleurs est une nécessité.

 

Entraide : Des brigades militantes pour la solidarité de classe

« Seul le peuple sauve le peuple » : c’est l’idée qui a motivé les Brigades de solidarité populaire, des équipes d’entraide en direction des couches les plus précaires des classes populaires.

 

Numéro vert syndical : Allô camarades, bobo…

Comme la CGT, l’Union syndicale Solidaires a, dès les premiers jours du confinement, ouvert une permanence téléphonique. Des centaines de travailleuses et de travailleurs voulant se défendre l’ont appelée. Premier bilan de l’expérience.

 

Industrie pharmaceutique : comment on peut la socialiser

C’est une filière indispensable pour produire, en grande quantité, des tests de dépistage et une molécule qui donnerait des résultats contre le virus. Elle l’est également, hors contexte d’épidémie, pour produire des vaccins et des médicaments contre les maladies chroniques par exemple. La laisser entre les mains d’intérêts privés, c’est aller vers de nouvelles catastrophes.

 

Manipulations : Le virus et la peste brune

La fachosphère tente de rattacher la pandémie qui nous affecte tous à ses chimères habituelles : les quartiers populaires, les étrangers, les racisé·es. Même confinés, il faut garder une vigilance particulière vis-à-vis des discours fascistes. Si les messages révolutionnaires se diffusent grâce au travail des militantes et militants, les fachos ne sont pas en reste. Heureusement, beaucoup d’organisations effectuent ce travail de veille. Le groupe de travail contre l’extrême droite de l’Union syndicale Solidaires a produit un texte qui résume bien les positions des différentes factions de la droite de la droite en cette période de crise. Du Rassemblement national à Michel Onfray, tout y est.

 

Colonialisme : Zones antillaises à défendre

Les territoires dits d’outre-mer n’ont de français que la banane et la canne à sucre que les descendants de maîtres esclavagistes produisent et le flot de touristes en quête d’un exotisme façonné de toutes pièces. La monoculture intensive, le trafic aérien et maritime, moteurs de l’économie coloniale et capitaliste y détruisent les terres, les corps et les écosystèmes. L’écologie, pour être salvatrice, doit être décoloniale et anticapitaliste.

 

Pandémie : Non, « la nature » ne se venge pas

L’idée d’une lutte entre « la nature » et « l’humanité » ouvre trois portes d’entrée sur l’écofascisme : l’ordre social serait « naturel  » ; les morts massives dans les catastrophes naturelles relèveraient d’une légitime régulation ; un régime autoritaire serait nécessaire pour répondre à la crise écologique.

 

Masculinisme : Quand les femmes « oppressent » les hommes

Le mouvement masculiniste est une idéologie réactionnaire et antiféministe, qui a émergé dans les années 1970. Les masculinistes considèrent que les luttes d’émancipation ont fait gagner trop de droits aux femmes, qui se retrouvent donc à oppresser les hommes. Ils luttent contre les droits des femmes et contre le féminisme. Aujourd’hui cette idéologie traverse plusieurs courants dont certains perméables avec l’anticapitalisme.

 

Amazon France : oh la belle claque

La terre a tremblé sous les pieds de Jeff Bezos le 14 avril ! Amazon, sa puissance, son arrogance... et son armada d’avocats ont perdu en référé face à SUD-Commerce.

 

Applis, drones... l’alibi sanitaire d’une surveillance généralisée

Depuis le début du confinement, les gadgets et outils numériques brandis comme « solutions » de crise déferlent. Des drones aux applications mobiles de « santé », tout est bon pour tester... et espérer prendre des parts de marchés. Loin d’être des outils proportionnés et uniquement calibrés pour la crise, ils définissent une vision « solutionniste » du capitalisme qui se veut l’ultime remède à tous les maux.

 

Confinement : Mon corps, mon choix sauf en période de corona ?

La crise sanitaire actuelle amplifie les conséquences de la société patriarcales. Alors que les violences conjugales augmentent, la police harcèle celles qui sortent pour acheter des tests de grossesses et protections hygiéniques pendant que l’accès à l’IVG est complexifié et que l’OMS annonce une pénurie de préservatifs.

 

Black Rose Anarchist Federation (USA) : « La conscience et l’action vont crescendo »

L’élection présidentielle américaine prévue en novembre prochain, verra Donald Trump affronter Joe Biden, seul candidat encore en lice à l’investiture du Parti démocrate après l’abandon de Bernie Sanders, alors que le pays subit de plein fouet la pandémie de Covid-19. Nous nous sommes entretenus sur la situation politique et sociale aux États-Unis avec Camreon, un camarade qui milite en Californie au sein de l’organisation libertaire Black Rose / Rosa Negra.

 

Pendant la pandémie : construire le pouvoir populaire

Au cœur du capitalisme mondial, la catastrophe sanitaire entraîne un chômage de masse dévastateur, les hôpitaux manquent de moyens et la priorité de Trump est de relancer l’économie pour préserver les profits.

 

1832 : L’épidémie de choléra, « peur bleue » de la bourgeoisie

L’arrivée du choléra à Paris en 1832 produisit un choc médical, politique et social qui marqua durablement son époque. Au-delà du traumatisme des quelque 18 000 morts en moins de six mois, ce sont les bases même de la société qui tremblèrent. Après le passage du choléra-morbus dans la capitale une évidence s’imposa à la bourgeoisie  : il fallait des réformes sociales, au risque de voir triompher les idéaux révolutionnaires.

 

Lire : Collectif, « Covid-19, Un virus très politique »

En pleine période de pandémie et de confinement, les éditions Syllepse proposent en téléchargement libre et gratuit sur leur site Syllepse.net Covid-19, un virus très politique qui entend dévoiler au niveau international l’envers social et politique de la crise. Le texte est remis à jour toutes les semaines, et prolongé à chaque fois de nombreuses nouvelles analyses.

 

Lire : Rey-Robert, « Le sexisme, une affaire d’hommes »

Après Une culture du viol à la Française, Valérie Rey-Robert, autrice et militante féministe, vient de publier Le Sexisme, une affaire d’hommes. Sourcé, documenté, illustré par des cas concrets, cet ouvrage pédagogique donne les moyens de prendre conscience et de combattre le sexisme que nous véhiculons, en tant qu’hommes, même insidieusement, au quotidien.

 

Lire : Berkman, « Qu’est ce que l’anarchisme ? »

Étonnant, non  ? Que dans un journal libertaire on s’interroge encore sur le sujet... Point tant que cela puisque c’est le titre choisi pour cette traduction en français d’un ouvrage d’Alexandre Berkman intitulé Qu’est ce que le communisme anarchiste  ? auquel fut adjoint L’abc de l’anarchisme. À travers son opuscule, Alexandre Berkman a traité de bien des sujets et bien entendu, de l’anarchisme mais pas de tout l’anarchisme. Il effleura l’anarchisme individualiste et l’anarchisme mutuelliste, jugeant ces «  idées erronées et difficilement applicables  ».

 
 
☰ Accès rapide
Retour en haut