International

Communiqué : Solidarité internationale avec le Soudan




Nous relayons ici un communiqué publié en avril par le réseau international Anarkismo dont fait partie l’UCL. La situation au Soudan ne cesse d’empirer. La guerre et la famine menaçant des centaines de milliers de personnes, nous appelons toutes les organisations à soutenir nos camarades qui luttent dans ce pays. Attention, ce texte parle de violence sexuelle et de mort.

En août 2023, nous, organisations anarchistes des cinq continents, avons lancé une campagne de solidarité internationale. Son objectif était – et reste – de soutenir les anarchistes soudanaises fuyant la guerre et la répression dans leur pays et de s’assurer qu’ils et elles arrivent en bonne santé dans le pays de leur choix. Six mois se sont écoulés depuis notre premier appel à la solidarité. Dans ce court ­texte, nous souhaitons faire le point sur la situation actuelle et sur la poursuite de notre campagne.

Une situation funeste

Tout d’abord, la majorité du petit groupe de camarades anarchistes avec lesquelles nous sommes en contact depuis 2022 et que nous soutenons sur le chemin de l’exil depuis l’année dernière a réussi à quitter le Soudan. Une personne a fui vers la péninsule arabique avec notre soutien. Une autre est parvenu en Ouganda par ses propres moyens. Deux autres camarades ont été gravement blessées mais sont désormais en sécurité hors du Soudan. Cependant, l’une des personnes de ce groupe se trouve toujours dans le pays et est active dans les comités de résistance au Soudan. Ce camarade travaille notamment au soutien des personnes déplacées. Ces comités aident les femmes des camps de réfugiés à former leurs propres comités pour se défendre. Ils organisent également des activités indépendantes pour les enfants et les jeunes, car il n’y a pas d’école en raison de la guerre. Mais la loi d’urgence militaire rend ces activités dangereuses. Notre contact sur le terrain a besoin d’aide pour quitter le pays, car la situation politique des activistes et des révolutionnaires est de plus en plus incertaine et les arrestations arbitraires sont nombreuses. Une terrible nouvelle qui nous est parvenue récemment montre à quel point la situation est dangereuse : alors qu’elle tentait de fuir la capitale, Khartoum, notre camarade Sarah a été violée et assassinée par des membres des Forces de soutien rapide (FSR). Nous partageons la profonde douleur de nos camarades face à cette perte.

La solidarité doit être internationale

Si nous avons pu mener à bien notre travail de solidarité internationale – bien qu’à une échelle extrêmement limitée – c’est grâce au soutien de nombreuses organisations et personnes de toutes les parties du monde. Avec leur aide, nous avons pu collecter un total de près de 7 000 dollars de dons à ce jour. Nous avons ainsi largement dépassé l’objectif initial de 2 000 dollars. Nous aimerions profiter de cette occasion pour remercier chaleureusement toutes les personnes qui ont soutenu cette campagne et mis en pratique leur solidarité !

Cependant, les coûts de notre projet ont également dépassé de manière significative les attentes. La raison principale est la situation extrêmement instable au Soudan, qui ne cesse de s’aggraver. La guerre entre l’armée soudanaise et les milices du FSR dure depuis près d’un an. Les combats s’intensifient au fil des mois. Plus de 14 000 personnes ont déjà été tuées. De plus en plus de régions du pays sont impliquées dans les combats, de plus en plus de sang est versé, de plus en plus de personnes sont déplacées. L’exode massif et la guerre ont provoqué une famine insupportable qui s’aggrave de jour en jour. La vie de centaines de milliers de personnes est en jeu. Jeu auquel se livrent également les acteurs internationaux.

La lutte doit continuer !

Les armes utilisées par les FSR contre la population civile sont en partie financées par l’Union Européenne. L’UE a déployé la milice comme force frontalière au service de sa défense migratoire pendant au moins quelques années, l’a armée à cette fin, et continue très probablement à le faire [1]. Actuellement, il y a de plus en plus d’indications que les Émirats arabes unis, par exemple, fournissent aux FSR des systèmes d’armes sophistiqués pour poursuivre la guerre  [2].

En plus de la guerre dans leur propre pays, les régimes frontaliers répressifs des pays environnants rendent difficile la fuite de nos camarades du Soudan. Les prix des Visa pour entrer en Égypte, par exemple, ont montés en flèche. Les quelques voies de transport restantes sont également devenues bien plus chères. Une grande partie de l’argent récolté par la campagne a donc déjà été dépensée. Nous avons besoin de plus d’argent pour permettre à notre dernier contact de fuir le Soudan et pour financer la poursuite du voyage des autres camarades. C’est pourquoi nous redoublerons d’efforts pour la campagne dans les mois à venir. Dans certaines régions, nos organisations diffuseront encore plus largement sur le terrain la campagne qui, jusqu’à présent, était essentiellement numérique. Nous voulons également attirer l’attention sur la situation générale et catastrophique des populations prolétaires soudanaises et contribuer à briser la chape de silence que les gouvernements et leur presse ont dressée sur les événements qui s’y déroulent.

Nous appelons tous les syndicats, les organisations sociales et politiques et tous les individus solidaires à se tenir aux côtés des anarchistes soudanaises et à continuer de soutenir la campagne. Faites passer le message dans vos organisations et mouvements. Utilisez tous les canaux publics à votre disposition. Faites un don à la campagne. Chaque forme d’aide compte.
Unissez-vous contre la guerre et la répression ! Solidarité internationale avec les anarchistes soudanaises !

Communiqué anarkismo traduit par la commission international

[1« How the European Union finances oppression », publié le 26 mai 2023 sur Migration-control.info

[2« Talking Peace in Sudan, the U.A.E. Secretly Fuels the Fight », publié le 29 septembre 2023 sur Nytimes.com

 
☰ Accès rapide
Retour en haut