Communiqué UCL

Les précaires ne sont pas de la chair à patron

Version imprimable de cet article Version imprimable


La crise sanitaire est bien installée. Elle s’ajoute à une crise sociale ininterrompue. De nombreuses travailleuses et travailleurs enchaînent les périodes de chômages, les contrats d’intérim, les CDD et les petits boulots non-déclarés. Depuis des décennies, le code du travail est cassé, les règles sont assouplies pour les patrons. Aujourd’hui, les travailleuses et les travailleurs les plus précaires le payent, se retrouvant en première ligne, non seulement pour gérer la crise, mais aussi pour.. continuer à faire tourner le capitalisme.

Bruno Le Maire, le ministre de l’économie, l’a dit ce matin : il appelle les salarié-es des secteurs essentiels à se rendre au travail. Pourtant, ce ne sont pas que les secteurs essentiels qui continuent le boulot. L’industrie poursuit sa route, arrêtée seulement quand les chaines de logistiques sont brisées (même si certains, comme PSA, tentent de faire croire que c’est pour protégéer les salarié-es). Mais il faut bien se rendre compte d’un élément important : ce sont les travailleuses et les travailleurs précaires qui, dans les secteurs indispensables ou non, continuent majoritairement à faire tourner la machine dans des conditions souvent épouvantables.

L’armée de réserve au boulot

Dans plusieurs régions, le téléphone des intérimaires n’arrête pas de sonner en ce moment. Les agences leur proposent des missions dans tous les sens. Forcément, beaucoup d’ouvrier-es qui font tourner les boîtes sont en arrêt maladie ou s’occupent de leurs enfants à la maison. Alors qui de mieux que cette armée de réserve, ces millions de chômeurs et de chômeuses, pour combler les trous ? Bien entendu, les conditions de travail sont terribles. Pas de masques ni de gants ni de gel hydroalcoolique, un nettoyage de l’usine insuffisant, des distances de sécuritées non respectées... Tout ceci s’ajoute aux conditions déjà difficiles de ces boulots !

Au revoir les intérimaires !

Dans d’autres secteurs en revanche, c’est le contraire. Les contrats d’interim ou les CDD qui devaient commencer ces jours-ci sont annulés car l’activité baisse. On a vu des cas à la SNCF, dans la fonction publique territoriale... Bien sûr les contrats ne sont pas renouvelés. Ceci se traduit très concrètement par une impossibilité de payer le loyer, le gaz et l’électricité, et d’aller acheter de la nourriture ou du doliprane.

La variable d’ajustement en temps de crise

Les travailleuses et les travailleurs précaires, qui enchaînent en période habituelle les périodes travaillées ou non, comblant les trous dans un système capitaliste qui en profite pour baisser les salaires, se retrouvent aujourd’hui dans une situation inextricable : aller bosser, et risquer pour sa santé, mais aussi risquer de propager l’épidémie, ou rester chez soi, mais n’avoir aucun moyen de subsistance. Cependant déjà, certains et certaines refusent ces injustices. A Amazon, employeur d’intérimaires en pagaille, les salarié-es ont débrayé sur les sites de Montélimar, de Douai et de Chalon. Bien sûr, la direction fait peser sur elles et eux des menaces inacceptables pour casser cette juste rébellion.

Des mesures urgentes à prendre

Pour protéger les travailleuses et les travailleurs, il est urgent de prendre des décision à la mesure de la situation gravissime. C’est aussi l’occasion de changer de modèle de société, car on voit bien que le capitalisme est totalement inefficace. Il faut dès à présent interdire les licenciements, maintenir les salaires des travailleuses et des travailleurs des secteurs non indispensables et augmenter massivement les salaires. Il faut également annuler la récente réforme de l’assurance-chômage.

Union communiste libertaire, le 19 mars 2020


Alternative libertaire n°304 (avril 2020) est en libre accès
Cliquez pour télécharger

 
☰ Accès rapide
Retour en haut