DVD : Romand, « Appelez-moi madame »`

Version imprimable de cet article Version imprimable


Dans un petit village normand, Ovida Delect, militant communiste, ancien résistant resté muet sous la torture, marié et père d’un adolescent, devient transsexuel à 55 ans, aidé par sa femme. Dès le début de ce documentaire-fiction hors norme, le ton est donné. Ovida Delect fait un signe de connivence à la caméra et raconte ses fantasmes que la cinéaste concrétisera en images. La musique de Nicolas Frize accompagne la mariée qui court au ralenti sur la plage. Ce récit passionnant, véritable petit bijou cinématographique, nous amène en 1986 dans un village normand où changer de sexe n’est pas une mince affaire. L’amour d’Huguette pour son mari devenu femme transcende tous les poncifs, et son douloureux sacrifice reflète le statut de toutes les femmes. Avoir été directrice de l’école maternelle fait passer la pilule auprès des villageoises et des villageois. Dans un microtrottoir rythmé par le hachoir du boucher, la réalisatrice se débarrasse rapidement des remarques grivoises couronnées par celles du curé. Les deux mamies tournent le dos à ces commérages.

Les films de Françoise Romand évitent les commentaires, les vies ordinaires de personnages extraordinaires parlent d’elles-mêmes. Le drame se joue dans la comédie. La distance n’est pas celle de l’auteur à son sujet, mais du sujet au filmage, plaçant le spectateur au plus près de l’émotion en le faisant entrer incidemment dans les arcanes du cinéma. Documentaires ou fictions, Françoise Romand met en scène les hommes et les femmes de la vie réelle comme s’ils étaient des personnages de roman. La sortie en DVD d’Appelez-moi madame est l’occasion de découvrir cette réalisatrice singulière.

Adeline

• Françoise Romand, Appelez-moi madame, 1987, 52 min., DVD 19,99 euros.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut