AL de novembre est en kiosque !

Loi sur le séparatisme ; Covid-19 ; Education : La bataille des mille postes ; antisémitisme et négrophobie à la RATP ; droit effectif à l’IVG ; violences sexistes dans l’éducation ; planification ; Vincenzo Vecchi ; répression contre les « quatre de Melle » ; capitalisme et Gafam ; Nouveau schéma du maintien de l’ordre ; Kanaky ; guerre française au Sahel ; Ecologie et cause animale ; Histoire ; Culture ; critique de Thomas Piketty ; mémoires antifranquistes ; Rojava ; marche historique des sans papiers

Au sommaire :

Édito
- Sur le fil

Pleins feux
- Loi sur le séparatisme : ne pas fantasmer une 5e colonne
- Covid-19 : du pseudo-sanitaire dicté par l’économie

Syndicalisme
- Education : La bataille des mille postes : mémoire féconde
- RATP : face aux calomnies, le choix de la pédagogie

Antipatriarcat
- Féminisme noir : s’autodéfinir, une nécessité vitale
- Quatorze semaines : des moyens pour un droit effectif à l’IVG

Education
- Le silence du ministère sur les violences sexistes

Politique
- Economie : planification, faux et vrais enjeux
- Gênes 2001 : 20 ans après, Vincenzo Vecchi toujours poursuivi
- Education : les « quatre de Melle », frappé.es pour l’exemple
- Schéma du maintien de l’ordre : changement de cagoule

Numérique
- Analyse : Gafam, un nouveau capitalisme ?

International
- Kanaky : nouvelle défaite victorieuse
- Aminata Dramane Traoré : « le néolibéralisme a pour bras armé l’opération Barkhane »

Écologie
- Débat : quel rôle pour l’animal dans les sociétés humaines

Histoire
- Il y a cent quarante ans : le « parti » communiste anarchiste affirme son existence

Culture
- Essai : Piketty, une critique illusoire du capital
- Essai : espoir déçus de l’antifranquisme
- Essai : la révolution communaliste
- Essai : hommage au Rojava

Actualité UCL
- Marche historique des sans-papiers : après le 17 octobre, vers un acte IV

Edito : sur le fil

L’action politique – politicienne, entendons-nous bien – relève parfois du funambulisme et exige un art certain. La période actuelle donne à voir le spectacle d’une équipe d’équilibristes, suspendus au-dessus du vide et balançant entre l’assèchement de la vie sociale et son embrasement.

 

Loi sur le séparatisme : ne pas fantasmer une 5e colonne

Le meurtre atroce de Samuel Paty, enseignant d’histoire-géo- graphie, perpétré au nom de l’intégrisme islamiste, a suscité une intense émotion de l’ensemble de la société. Les instru- mentalisations de ce meurtre ont été quasi immédiates, multi- pliant les amalgames racistes. Une entreprise de division de la population que le gouvernement avait déjà entamé avec sa campagne islamophobe sur le « séparatisme ».

 

Covid-19 : du pseudo-sanitaire dicté par l’économie

La gestion de la crise sanitaire a donné lieu à des mesures changeantes, partielles, contradictoires, parfois fantaisistes et pas toujours appuyées sur des preuves scientifiques. S’il est une constante, à l’heure de la deuxième vague de Covid-19, c’est que la gestion est d’abord économique et non sanitaire.

 

Schéma du maintien de l’ordre : changement de cagoule

Le 17 septembre, le ministère de l’Intérieur présentait son nouveau schéma de maintien de l’ordre visant à «  adapter  » la gestion des manifestations en France  ! Cette nouvelle doctrine se veut «  plus ferme avec les auteurs de violences  », mais aussi «  plus protectrice pour les manifestants  »… ce qui en langage policier revient à légitimer davantage de répression.

 

Economie : planification, faux et vrais enjeux

 

Gênes 2001 : 20 ans après, Vincenzo Vecchi toujours poursuivi

 

Education : les « quatre de Melle », frappé.es pour l’exemple

Des gendarmes au lycée, des élèves enfermés, un proviseur muté, une institution en plein dérapage… mais ceux qui sont menacés de sanction, ce sont quatre profs qui ont contesté la réforme du bac ! Mutée d’office, exclue quinze jours, rétrogradé, blâmée... un scandale !

 

Education : La bataille des mille postes, mémoire féconde

l y a cinq ans, Saint-Denis (93) était l’épicentre d’une révolte associant enseignant·es et parents d’élèves. Une mobilisation historique, qui a contraint l’État à créer plus de 1 000 postes de professeurs des écoles. Comment l’alchimie a-t-elle pris ? Retour sur expérience.

 

RATP : face aux calomnies, le choix de la pédagogie

Comment « bien réagir », lorsque des syndicalistes sont diffamés à l’aide de stéréotypes négrophobes et antisémites  ? Dans le cadre d’une triste affaire, Solidaires-RATP a renoncé à une plainte en justice, et a préféré une argumentation accessible à toutes et à tous.

 

Féminisme noir : s’autodéfinir, une nécessité vitale

Dans son ouvrage, la brésilienne Joice Berth revient sur le concept d’«  empowerment  » qu’elle considère «  vidé de son sens original et a perdu son pouvoir transformateur pour devenir une pratique individualiste, carriériste, récupérée par le néolibéralisme  ». Et si l’enjeu était de nous réapproprier ce concept dans son ambition de transformation sociale  ?

 

Quatorze semaines : des moyens pour un droit effectif à l’IVG

 

Le silence du ministère sur les violences sexistes

 

Analyse : Gafam, un nouveau capitalisme ?

L’Âge du capitalisme de surveillance, le remarquable opus de la sociologue étatsunienne Shoshana Zuboff, est sorti le 15 octobre en français aux éditions Zulma. L’occasion de présenter cette autrice majeure et son œuvre.

 

Kanaky : nouvelle défaite victorieuse

Le deuxième référendum sur l’avenir de la Nouvelle-Calédonie qui s’est tenu le 4 octobre dernier s’est soldé par un échec du oui à l’indépendance. Cependant la perspective d’une rupture avec l’ordre colonial à encore de l’avenir.

 

Aminata Dramane Traoré : « le néolibéralisme a pour bras armé l’opération Barkhane »

Militante altermondialiste célèbre pour sa dénonciation du libre-échange, du système de la dette, de l’impérialisme, et de tous les dégâts sociaux et écologiques qu’ils entraînent en Afrique, Aminata Traoré a donné à Alternative libertaire son opinion sur la situation au Mali, la guerre au Sahel et la présence de l’armée française.

 

Allier cause animale et anticapitalisme

Quel rôle pour l’animal dans les sociétés humaines ? C’est est un point central de la réflexion écologique, où convergent deux questions éthiques majeures  : celle de la souffrance et de l’exploitation animale d’un côté, et de l’autre, celle de l’élevage animal tel qu’il est déterminé par le capitalisme, où les paysannes et paysans sont tout autant des sujets exploités par un système. S’agit-il d’aménager l’élevage tel qu’il existe, de réduire son empreinte écologique, la souffrance animale autant qu’humaine ? S’agit-il au contraire de rompre entièrement avec ce modèle ? Et comment ? Alternative libertaire invite ce débat dans ses colonnes.

 

Jocelyne Porcher (Inrae)  : « Un élevage paysan en coexistence avec l’agriculture cellulaire est illusoire »

Quel rôle pour l’animal dans les sociétés humaines ? C’est est un point central de la réflexion écologique, où convergent deux questions éthiques majeures  : celle de la souffrance et de l’exploitation animale d’un côté, et de l’autre, celle de l’élevage animal tel qu’il est déterminé par le capitalisme, où les paysannes et paysans sont tout autant des sujets exploités par un système. S’agit-il d’aménager l’élevage tel qu’il existe, de réduire son empreinte écologique, la souffrance animale autant qu’humaine ? S’agit-il au contraire de rompre entièrement avec ce modèle ? Et comment ? Alternative libertaire invite ce débat dans ses colonnes.

 

1880 : le « parti » communiste anarchiste affirme son existence

En octobre 1880, en Suisse, l’ultime congrès de la Fédération jurassienne sert de tremplin au lancement d’un nouveau courant révolutionnaire. Ce qui le distingue, alors, des autres écoles socialistes ? Sa stratégie insurrectionnaliste et son projet de société  : le communisme libertaire.

 

Lire : Bihr, Husson, « Thomas Piketty. Une critique illusoire du capital »

Si l’économiste star des médias a rencontré nombre de critiques à sa droite, rares ont été les contradicteurs soulignant les limites cruciales de sa lecture du capitalisme et l’idéalisme de son analyse comme de ses propositions politiques. Respectivement sociologue et économiste, Alain Bihr et Michel Husson s’y attellent dans un essai incisif.

 

Marche historique des sans-papiers : après le 17 octobre, vers un acte IV

La journée de mobilisation du 17 octobre a été historique. Des cortèges très fournis et dynamiques sur trois entrées dans Paris ont convergé place de la République. Mais là, la foule – 10 000 à 15 000 personnes – était inférieure aux attentes. La question est de savoir si cette déception démobilisera ou si la colère portera la réussite d’un acte IV. Car un acte IV est déjà envisagé.

 
 
☰ Accès rapide
Retour en haut