Antifascisme

Contre le déferlement de haine raciste et sexiste qui la vise, soutien à Nirina !

Version imprimable de cet article Version imprimable


Ce mardi 5 octobre, la vidéaste Nirina mettait en ligne sur sa chaîne YouTube une vidéo critiquant la théorie complotiste d’extrême-droite du « grand remplacement ». En ligne de mire de la fachosphère qui ne supporte pas de voir une remise en cause de ses thèses racistes, elle subit depuis un harcèlement d’une grande violence.

Étudiante racisée de 21 ans à Sciences Po Lille et syndicaliste à Solidaires étudiant·es, Nirina s’est lancée sur YouTube fin juin avec pour objectif de vulgariser ses connaissances en sciences sociales et politiques ainsi que de diffuser des idées de gauche [1].

Inquiète de la progression des idées d’extrême-droite dans le débat public, Nirina décide de réaliser une vidéo pour démonter la « théorie du grand remplacement » [2] en critiquant tous ses présupposés racistes et en exposant la généalogie historique du concept. En effet, cette théorie issue des milieux néo-nazis et popularisée en France par l’écrivain d’extrême-droite Renaud Camus, condamné en 2014 pour « provocation à la haine contre les musulmans », est désormais évoquée comme un vrai phénomène aussi bien par des candidat·es de droite dure ou d’extrême-droite comme Éric Ciotti [3], Éric Zemmour, Marine Le Pen [4] que des candidats de « gauche » comme Arnaud Montebourg [5]. Une banalisation plus qu’inquiétante des idées suprémacistes blanches !

Quelques heures après sa publication, la vidéo tombe sous le radar de la fachosphère qui vient la bombarder de pouces rouges et de commentaires haineux d’une violence extrême. On y trouve notamment, des remarques misogynes l’appelant à « retourner à la cuisine », des critiques sexistes sur son physique, des pseudo « analyses phénotypiques » de ses traits – qui auraient leur place dans les immondes travaux des premiers théoriciens du racisme. Aux remarques racistes négrophobes se mêlent des propos antisémites à peine masquées qui accuse les Juif·ves d’être à la manœuvre derrière cette vidéo. La vidéaste a aussi reçu des menaces de mort et de viol. L’exposition de la vidéo et de son autrice dans un stream misogyne du militant d’extrême-droite Kroc Blanc, a contribué au flot de propos immondes.

La violence que subit notre camarade Nirina témoigne de la décomplexion toujours plus assumée de l’extrême-droite.

Un nouveau seuil dans l’ignominie a été franchi ce jeudi 7 octobre lorsqu’un site néo-nazi a posté un appel au viol contre Nirina. Alors même que ce site a été plusieurs fois condamné par la justice française et a été bloqué par les fournisseurs d’accès internet, il continue à diffuser ses idées nauséabondes, en contournant son déréférencement partiel sur les moteurs de recherche et son blocage par les FAI. Derrière ce site, se cacherait Boris Le Lay, un militant néo-nazi connu pour son antisémitisme et son négationnisme, sa négrophobie, son islamophobie, ainsi que pour ses campagnes de harcèlement raciste [6]. Malgré sa fiche S, plusieurs mandats de recherche, une notice rouge Interpol et plus de dix ans de condamnation à de la prison ferme, Boris Le Lay est toujours en liberté et continue à gérer tranquillement son réseau nazi depuis le Japon (qui n’a pas de convention d’extradition avec la France).

Suite à l’appel au viol, Nirina a décidé de porter plainte, cependant le fait que la vidéaste soit actuellement au Canada complexifie le dépôt de plainte. L’Union Communiste Libertaire apporte tout son soutien à Nirina qui subit de plein fouet la violence de cette campagne haineuse de la fachosphère, et appelle à la soutenir sur ses réseaux. Nous affirmons, que la classe politique, les médias et le gouvernement, portent une lourde responsabilité dans cette affaire à laquelle ils ont contribué en diffusant en permanence un discours islamophobe et anti-migrant·es qui ne peut qu’encourager les fascistes.

Sur Internet, comme dans la rue, l’extrême-droite est un poison infect qui doit être combattu ! Il est plus qu’important de se rassembler pour faire front contre elle mais aussi de proposer un projet de société radicalement nouveau, en rupture avec notre société actuelle capitaliste, raciste et sexiste, un projet libertaire, solidaire et égalitaire.

Union communiste libertaire, le 11 octobre 2021

[1Le compte Patreon de Nirina qui explique les objectifs de sa chaîne

[4Marine Le Pen et le « grand remplacement », histoire d’un grand flirt, Nabil Touati sur sur l’Huffpost le 19 mars 2019

[5Présidentielle 2022. Ce « grand remplacement » qui contamine le débat public, Lola Ruscio sur l’Humanité, le 7 octobre 2021

[6Boris Le Lay, itinéraire d’un multirécidiviste de la haine raciale, Théo du Couëdic et Maxime Recoquillé sur Slate le 18 mars 2019

 
☰ Accès rapide
Retour en haut